• Du bout des doigts

    Du bout des doigts

    Elle n’a pas envie de dormir
    Elle veut simplement se souvenir
    De toutes ses belles mélodies
    Qu'elle jouait quand son cœur était meurtri
    Elle effleure sa guitare du bout des doigts
    Ses mains tremblent de joie
    Les notes se glissent avec une telle douceur
    Quelle laisse échapper quelques pleurs
    Une simple guitare pour compagnie
    Qui comble ses instants de mélancolie
    La musique est une véritable amie
    Quand elle ne dort pas la nuit
    Elle joue avec une telle adresse
    Tout en délicatesse
    Une douce caresse
    Tout en finesse
    Sur son instrument qui l’appelle
    Toutes ses notes qui l’interpellent
    Elle vibre au son de ses mélodies
    Ce simple moment lui suffit
    Une complicité réciproque
    Et jamais la guitare ne se moque
    De ces instants de faiblesse
    Quand doucement la nuit, elle la caresse
    Elle la frôle simplement
    Lui murmure doucement
    Tous ces mots tendres
    Qu'elle aimerait entendre

    Les Ecrits d’Isabelle


    2 commentaires
  • Le véritable amour est une divine bonté 
    Auquel ma personnalité s'est convertie
    En battements de mon cœur saccadés
    Et heureux que la tendresse a amorti.
    ........................
      L'amour n'aime pas les changes

    Comme expliquer cela par un dessin ?
    Puisque les couleurs se mélangent, 
    Et la chaleur double au lendemain.
    ...............................
      C'est une grande folie extrême 

    De ne pas avoir tout près son amour 
    Il faut aimer et adorer celle qui t'aime
    Pour être heureux tous les jours.

     

    ...................................


    votre commentaire
  •  

    Une heure sans toi.


    Une heure sans toi. - Je ne sais où je vais
    Ne pas te voir et t’entendre. suis solitaire
    Oh ! J’ai le cœur plein de toi, si tu savais !
    Ton absence me fait souffrir sur cette terre.


    votre commentaire
  • Des godasses un peu trop grandes
    Un chapeau de paille, troué
    Il n’en avait que faire :
    Sa vie, c’était la terre.
    Des mains aussi noires qu’un mineur
    Mais tant d’amour dans le cœur
    Jamais un mot de travers
    Il en voulait, à son père.
    Qui était-il ?
    Un « Vieux Bonhomme » au regard clair
    Un homme qui aimait la terre.
    Les années ont passé,
    Il a succombé.

    « Il n’en avait que faire,
    Sa vie, c’était la terre ».

    A mon grand-père.

    Sandrine Davin

     


    votre commentaire
  • La neige est si belle sur les arbres
    lorsque s’empilent petit à petit
    tous les flocons qui tombent du ciel

    Tout est blanc et couleur d’écorce
    et quelques oiseaux qui brillent comme des étoiles
    au milieu de ce ciel de jour où le bleu est parti

    Un rouge-gorge
    Une mésange
    Orange
    virevoltent autour de la mangeoire

    Et le grand pré est si blanc
    Blanc
    Comme une toile moelleuse
    Comme une toile d’Hiver
    Où les couleurs de vie
    ne partiront jamais

    Elodie Santos

     


    votre commentaire
  • Je traverserai les villes
    J’emporterai ta voix
    J’irai chercher le feu dans le ciel
    Et le vent dans nos voiles Quand l’ombre des nuages
    Démasquera nos souffles
    Nous volerons sereins
    Par les chemins du sort
    Et nos songes en fuite
    Eviteront les gouffres
    Pour balayer ensuite
    Les traces de nos morts Je traverserai les villes
    J’emporterai ta voix
    J’irai chercher le feu dans le ciel
    Et le vent dans nos voilesUne étoile se repose

    Dès qu’un ange s’endort…

    Isaac Lerutan, 2009


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique